• 3 conseils pour développer l’optimisme

    Selon Martin Seligman, optimisme et pessimisme se définissent ainsi :

    • Une personne qui fait preuve d’optimisme fournit des explications permanentes et universelles aux évènements positifs, ainsi que des explications temporaires et spécifiques aux évènements négatifs, rebondit rapidement après des problèmes et persévère facilement lorsqu’elle a réussi une fois.
    • Une personne qui fait preuve de pessimisme fournit des explications temporaires et spécifiques aux réussites et des explications permanentes et universelles aux difficultés. Elle a tendance à s’effondrer sous la pression, à la fois pour longtemps et dans de multiples situations, et se remet rarement en route.

     

    Si nous souhaitons écrire 2017 en mode optimiste, voici quelques pistes, pour nous et celles et ceux qui nous sont chers :

    1. ne pas poser d'étiquette sur sa personne (ou celle des autres) mais se concentrer sur les actes
    2. éviter les mots qui généralisent les critiques et apprendre à reformuler nos propos (en restant factuel, précis et en préférant  une interprétation positive : « oui, ceci s’est produit à ce moment là, dans ce contexte là avec cette personne là. La prochaine situation sera différente. ») : tout/tous, les gens, tout le monde, personne, chaque fois, jamais, toujours ... --> exemples de phrases à éviter :
      1. LES GENS sont méchants.
      2. J’échoue TOUT ce que j’entreprends.
      3. TOUT LE MONDE se moque de moi.
      4. C’est à CHAQUE FOIS pareil.
    3. être conscient de ses droits et devoirs :
      1. le droit à l’imperfection : la recherche de la perfection est une source essentielle de désespoir et de détresse ;
      2. le droit aux « petits bonheurs de la vie » ;
      3. le droit à la chance : l’optimiste s’attend aux opportunités, et les saisit donc quand elles se présentent ;
      4. le devoir d’optimalisation qui consiste à toujours tenter de faire mieux (et de son mieux) avec ce qu'on a, et donc à capitaliser en priorité sur ses points forts et ses richesses intérieures ;
      5. le devoir d’amour, qui le conduit à aimer ce qu’il a et à se réjouir de l’existence de l’autre ;
      6. le devoir de bonne humeur ;
      7. le devoir de confiance en la sagesse des possibles qui fait qu’une solution existe toujours quelque part, fût-elle à inventer.

     Et un petit pense (pas) bête pour la route :

    3 conseils pour développer l’optimisme


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :